CeRNET > Bibliographie > Fiche de lecture

VITACOLONNA, Luciano (1988)
« "Text"/"Discourse" Definitions » ,
in PETÖFI, JS (ed). Text and Discourse Constitution, Empirical Aspects, Theoretical Approaches .
Berlin, New York: de Gruyter, pp.421-439

(AB, juin 2000)


L'article propose un large panorama des différentes théories linguistiques qui, au cours des dernières décades, aient utilisé les termes de texte et de discours dans leur appareil notionnel.

1. Précurseurs

Hjemslev (1961): Ce qui intéresse Hjemslev n'est pas tant d'expliciter ce qu'est un texte que de décrire le langage (system) derrière un texte (process). Un process n'est pas concevable sans un system. La théorie de Hjemslev n'est pas une théorie du texte mais un théorie à travers le texte, qui vise à travers lui le système, le langage.

Harris (1964): le premier problème à partir duquel approcher l'analyse du discours, est de poursuivre la linguistique descriptive au-delà des limites d'une seule phrase à la fois. De fait, le langage n'apparaît pas comme une suite de mots ou de phrases, mais sous la forme d'un discours interconnecté.

2. Textlinguistik I

Hartmann (1964): Le concept de Sprache in Textform: Mit Text kann man alles bezeichnen, was an Sprache so vorkommt, daß es Sprache in kommunikativer oder wie immer sozialer, d.h. partnerbezogener Form ist; oder kürzer: Sprache kommt beobachtbar vor in Textform; und: Noch niemals ist Sprache in anderer Form als in Textform vorgekommen, d.h. in Sprachfunktion geäußert worden.

Koch (1965): Any sequence of sentences temporally or spacially arranged in a way to suggest a whole will be considered to be a text .

3. Textlinguistik II

Influence des théories des actes de langage d'Austin et de Searle sur les recherches en Textlinguistik, qui s'orientent alors sur des questions de contextes communicationnels.

Schmidt (1973a): Text ist ein Phänomen, das zwei Komponenten integriert: eine geordnete Menge sprachlicher Konstituenten und ein sozial erwartbares und erwartetes Funktions- und Wirkungspotential (Illokutionspotential und Perlokutionspotential). De là, la définition proposée:

Ein Text ist jeder geäußert sprachliche Bestandteil [composant] eines Kommunikationsaktes in einem kommunikativen handlungsspiel, der thematish orientiert ist und eine erkennbare kommunikative Funktion erfüllt, d.h. ein erkennbarer Illokutionspotential realisiert. Nur [so] wird eine Menge sprachlicher Äußerung zu einem kohärenten sozio-kommunikativ erfolgreich funktionierenden, durch konstitutive Regeln geregelten Textprozeß (= einer Manifestation von Texutalität). (1973b)

Halliday (1973) fournit une définition du texte sur la base de la distinction de trois fonctions du langage: ideational, interpersonal, textual: The textual function is not limited to the establishment of relation between sentences; it is concerned just as much with the internal of the sentence, with its meaning as a message both in itself and in relation to the context.

Kukharenko (1979): The basic property of a text is its pragmatic relevance. A text is generated and functions only as a (process of) reflection of some concrete piece of reality, it is always communicatively-oriented and situationally-bound.

Beaugrande and Dressler (1981): Text is defined as a communicative occurrence which meets seven standards of textuality: cohesion, coherence, intentionality, acceptability, informativity, situationality, and intertextuality.

4. Textlinguistik III: phrase/texte

Beaugrande (1979): the most basic difference between sentence and text is that the sentence is definable within a single system, usually called grammar in linguistics and syntax in semiotics. Texts must be defined referring to multiple systems, and to the correlations of the latter. [...] The text is delimited by the intention of its producer to supply a set of mutually relevant elements, and not simply by its grammatical completeness.

Rickheit (1981): Text als originäres sprachliches Zeichen. [...] Ein Text ist mehr als die Summe seiner Sätze und bildet eine eigene Ganzheit.

Oomen (1979): Les caractéristiques d'un texte sont les suivantes: Where texts are processes of communication, sentences are units of grammar, While texts are dynamic processes, sentences are 'static' units in a taxonomy, While texts are wholistic in character, sentences can be analysed through elementaristic procedures.

5. Semiotics

Lotman (1975) donne une définition de texte en terme de culture: La relation du texte avec l'ensemble de la culture et avec son système de codes est mise en évidence par le fait qu'à différents niveaux, le même message peut apparaître comme un texte, comme partie d'un texte, ou comme un ensemble de textes. De là découle la notion de texte culturel. Trois types de relations sont envisageables entre un texte en langue naturelle et le texte culturel:
1. le texte en langue naturelle n'est pas un texte d'une culture donnée. Tous les énoncés pour lesquels une culture donnée n'octroie ni valeur ni sens ne sont pas des textes.
2. le texte culturel est un texte en langue naturelle.
3. Le texte culturel n'est pas un texte en langue naturelle.

Petöfi (1980b): I'm using the term text to designate a semiotic object, preserved in writing, on tapge, or videotape, for which at least two native speakers of the given language agree that the given object is a text. Les textes sont dès lors des objets qui peuvent être interprétés comme des signes. If an interpreter considers a given verbal object in a given context as an object which appears to him as a 'complete whole with a beginning and an end', it is expedient to say that he considers this object to be a text.

Petöfi remarque cependant que les concepts de cohérence et de textualité ne se recouvrent pas: One can consider a verbal object a 'complete whole with a beginning and an end', i.e. a 'text', without considering it coherent, i.e. without being able to interpret it in a for him satisfying way. On the other hand, one may consider a sequence of sentences coherent, i.e. interpret it without regarding it at the same time as a 'complete whole with a beginning and an end', i.e. a 'text'. (1982)

La tâche d'une théorie du texte est de considérer quelles sont les conditions pour un interprète telles qu'il puisse considérer, dans un contexte donné, un objet verbal de structure intersubjective déterminée
1) comme étant un texte (ce qui ne veut pas dire qu'il est cohérent),
2) comme étant un ensemble cohérent de phrases (ce qui ne revient pas à dire qu'il est un texte),
3) comme étant un texte cohérent.